Contrecoups - Nathan Filer

18/06/2018

 

 

RÉSUMÉ
 

« Je vais vous raconter ce qui s'était passé, parce que ce sera l'occasion de vous présenter mon frère. Il s'appelle Simon. Je pense que vous allez l'aimer. Vraiment. Mais d'ici quelques pages il sera mort. Et, après ça, il n'a plus jamais été le même. »

 

Matthew a 19 ans, et c’est un jeune homme hanté. Par la mort de son grand frère, dix ans auparavant. Par la culpabilité. Par la voix de Simon qu’il entend partout, tout le temps…

Matthew a 19 ans et il souffre de schizophrénie, une maladie qui « ressemble à un serpent ». Pour comprendre son passé et s’en libérer, Matthew dessine, écrit. Il raconte l’enfance étouffée par la perte, la douleur silencieuse de ses parents ; l’adolescence ingrate brouillée par les nuages de marijuana ; la lente descente dans la folie, l’internement… Mais aussi, avec un humour mordant, le quotidien parfois absurde et toujours répétitif de l’hôpital psychiatrique, les soignants débordés, l’ennui abyssal… Et le combat sans cesse renouvelé pour apprivoiser la maladie, et trouver enfin sa place dans le monde.

 

Bouleversant, tourmenté, souvent drôle, Contrecoups est un roman tendre et courageux, porté par une voix absolument unique.

 

 

MON AVIS
 

Contrecoups, c'est l'histoire de Matthew, écrite par lui-même. Suite au décès tragique, mais accidentel de son grand frère, atteint de trisomie 21, Matthew doit faire face à la vie sans celui-ci, mais aussi faire face à un diagnostic de schizophrénie. Contrecoups est une belle histoire. Touchante, humaine et aborde plusieurs sujets de façon délicate ; la famille, le deuil, la maladie, l'amitié, etc. Mais pour plusieurs raisons, je n'ai pas réussi à l'apprécier pleinement.

 

J'aimerais vraiment pouvoir dire que cette histoire m'a touchée, qu'elle est venue me chercher, mais voilà, ce n'est pas le cas, malheureusement... Tout d'abord, l'un des aspects les plus importants d'un roman, selon moi, ce sont le ou les personnages principaux. Ici,  le jeune Matthew, que l'on retrouve à plusieurs périodes différentes de sa vie. Je ne me suis pas attachée à lui et je ne suis pas arrivée à avoir de l'empathie pour lui. De plus, je n'arrivais pas à être complètement absorbé par l'histoire et c'est bien dommage. 

 

Ensuite, je pense que le style de l'auteur n'a pas aidé. Un style parfois un peu décousu et un récit qui passe d'une période de vie à une autre, ça ne m'accroche pas tant que ça, je dois l'avouer. Un vocabulaire un peu faible, qui oui, s'accorde avec le personnage, avec sa vie, mais qui ne rend pas justice aux sujets traités. Il faut dire que j'ai toujours de la difficulté à lire un roman écrit dans ce style.

 

J'aimerais aussi pouvoir en dire plus, mais... Je n'ai rien de plus à dire de ce roman ! Je n'ai pas détesté, loin de là, mais l'histoire de Nathan Filer m'a, disons, laissé de marbre et c'est bien dommage !

 

 

 

 | Michel Lafon • 347 pages • Drame |

V.f. de ''The shock of the fall''

 

Laura

Share on Facebook
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now