5150, rue des Ormes - Patrick Senécal

01/05/2018

 

 

RÉSUMÉ

 

Il s'appelle Yannick Bérubé, il a vingt-trois ans, il est séquestré au 5150, rue des Ormes, dans la ville de Montcharles, et c'est pourquoi il a décidé d'écrire son histoire. 

 

Or, si son récit débute par une banale chute à bicyclette, la suite bascule rapidement dans l'horreur, car la famille qui le retient prisonnier est loin d'être normale : Jacques Beaulieu, le père, est un psychopathe qui ne jure que par le jeu d'échecs et qui se prend pour le dernier des Justes ; Michelle, l'adolescente, semble encore plus dangereuse que son père ; Maude, l'épouse et la mère, est obsédée par le Seigneur et elle obéit aveuglément à son mari. Quant à la petite Anne, elle est muette et ses grands yeux immobiles ressemblent à des puits de néant...

 

Pour Yannick Bérubé, l'enjeu est simple : il doit s'évader à tout prix de cette maison de fous, sinon il va y laisser sa peau ou sa raison !

 

 

MON AVIS

 

Dans ma Pile à Lire depuis presque 5 ans, il aura fallu l'aide de Valérie de Fille-de-lecture, pour me le faire lire, dans le cadre du challenge Pige m'en 3. Je ne peux que la remercier, car encore une fois, Patrick Senécal frappe fort !

 

Le début est plutôt calme, le format journal est utilisé de façon plutôt judicieuse, autant du côté du personnage de Yannick que de celui de Maude. J'ai beaucoup apprécié aussi les courts chapitres intitulés ''Extérieur'' qui nous font voir, combinés avec les journaux de Yannick et Maude, tous les personnages. Yannick, Maude, Jacques, Michelle et même Anne, la plus jeune, y ont chacun une place, à plus ou moins grande échelle. Au fil des pages, on découvre leur histoire et leur personnalité, pratiquement au compte-goutte, jusqu'à la grande révélation, à laquelle je ne m'attendais pas du tout (elle m'aura même faite crier... !). Et à partir de ce moment, c'est la dégringolade... 

 

Patrick Senécal étant le maître de l'horreur québécois, je me suis demandée souvent où était bien passé ce côté sanglant et horrifique qui est si cher à cet auteur... Mais voilà, le suspense et la folie montent tranquillement en crescendo et puis... BAM ! Le voilà. Ce côté sombre et totalement fou qui imprègne souvent chacun de ses personnages est bel et bien présent, dans ce premier roman de l'auteur. Senécal a un talent fou pour faire ressortir la folie sous toutes ses formes. Le suspense est parfois intenable et j'ai retenu mon souffle à plusieurs reprises. 

 

Mention spéciale aux nombreux personnages récurrents à l'auteur. J'adore quand un auteur utilise des personnages qui reviennent dans plusieurs romans. Par exemple, ici, Michelle Beaulieu est en fait un des personnages importants du roman Aliss, écrit 6 ans après 5150, rue des Ormes. Je serai très curieuse de relire Alissen sachant tous ces détails sur la jeunesse du personnage de Michelle Beaulieu. Je pense que l'histoire pourrait être vue sous un autre angle. Il y a aussi un psychologue en fin de roman, qui est un des personnages de Sur le seuil. Nous retrouvons ce genre de petit clins d’œil fréquemment dans les romans de Patrick Senécal.

 

Donc, en résumé, bien que le début soit tout de même assez calme en apparence et où on peut avoir l'impression qu'il ne se passe pas grand-chose, la suite vaut le détour, car la folie y est dépeinte sous différent aspect et ce, de manière magistrale. Les informations nous sont dévoilées parcimonieusement et malgré cela, une angoisse de plus en plus grande nous prend aux tripes. On ne s'ennuie pas du tout durant cette descente aux enfers !

 

 | Alire • 367 pages • Thriller, Horreur 

 Points obtenus : 3

 

Laura

Share on Facebook
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now