Le fil des kilomètres - Christian Guay-Poliquin

29/04/2017

RÉSUMÉ
 

Un mécanicien décide de tout abandonner pour aller visiter son père malade, à l’autre bout du continent. Mais la route est longue à bord de la vieille bagnole et une étrange panne d’électricité, qui le poursuit, complique le trajet. Dans ce labyrinthe en ligne droite, le danger guette, l’essence se fait rare, la soif tenaille et les souvenirs montent des embuscades. En chemin, l’homme embarque une femme mystérieuse et un type excessivement volubile, qui provoqueront des détours inattendus. « La petite voiture rouge est bien chargée et vibre à toute allure sous le regard noir du soleil. » Pour toucher à son but.

 

Le fil des kilomètres est un voyage à la vitesse de la pensée où les accidents nous regardent droit dans les yeux.

 

 

 

 

 

 

MON AVIS
 

Il y a quelques jours à peine, je ne connaissais pas du tout Christian Guay-Poliquin. Je m'informais un peu sur le prix des Collégiens 2017 et c'est là que j'apprenais que cet auteur avait gagné le prix, avec son roman Le poids de la neige, que je me suis empressée de demander à la bibliothèque. Ce n'est qu'après avoir fait quelques recherches que j'ai pu me rendre compte que Le poids de la neige était en fait la suite de Le fil des kilomètres. Comme je n'avais toujours pas reçu le deuxième, j'ai emprunté le premier, car j'aime bien commencer... par le commencement ! Eh bien, quelle merveilleuse idée ! Je ne sais pas encore ce que vaut Le poids de la neige, mais ce que je sais, c'est que Le fil des kilomètres , m'aura incroyablement marqué.

 

L'avantage que j'ai eu ici, c'est que je n'avais pas du tout lu le résumé, je n'avais donc aucune attente, et je ne m'attendais pas non plus à rien de particulier. Du moins, certainement pas à ceci ! Et croyez-moi, je pense que le fait de ne connaître absolument rien à l'histoire m'aura permis de l'apprécier autant, que dis-je, de l'adorer autant !

 

Au tout début, le rythme de l'histoire est très lent, je peinais légèrement à embarquer dans l'histoire et je me disais que si ce rythme ne changeait pas de vitesse, je risquais de ne pas accrocher plus au fil des pages. Mais ce ne fut pas le cas. Le rythme augmente progressivement et plus je tournais les pages, plus j'en voulais encore et encore ! 

 

Et puis, Christian Guay-Poliquin à une façon d'écrire qui m'a complètement subjuguée ! Il insuffle à son texte des émotions qui m'ont traversées directement le corps, jusqu'au coeur. Son écriture est aussi parfois poétique et si agréable à lire, malgré la présence de nombreuses phrases courtes, ce qui, normalement, me rebute un peu lors d'une lecture. En terminant le livre, j'en aie eu littéralement le souffle coupé et le seul mot qui m'est venu à l'esprit sur le coup était WOW... À deux reprises ! J'en étais un peu abasourdie, je dois le dire.

 

Ceci dit, je me suis un peu attendu à cette fin, mais je me disais que l'auteur n'irai peut-être pas jusque-là. Je me suis dit : ''Non, il n'osera pas... !?!... SI ! Il a osé !''. Une fin qui m'a laissé sans voix.

 

Bref, vous l'aurez compris, Le fil des kilomètres est un bouquin qui m'a énormément plu. J'ai l'impression d'avoir une tonne de choses à dire... mais tout en sachant que les émotions que me procure ce bouquin se sont vécus (et se vivent encore) intérieurement... Ce que je trouve plutôt étrange ! Je qualifierais et ce, sans hésitation, ce premier roman de Christian Guay-Poliquin, d'OVNI, de bijou littéraire.  Il y a bien longtemps qu'un livre m'aura fait réagir autant, sans que je sache exactement pourquoi ! Il me tarde de lire Le poids de la neige, qui je l'espère, saura me convaincre autant que celui-ci a pu le faire.

 

 

 |  La Peuplade • 221 pages • Contemporaine |

 

 Points obtenus : 1

Share on Facebook
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now