Station Eleven - Emily St. John Mandel

12/03/2017

 RÉSUMÉ

 

LE PREMIER JOUR

Éclosion de la grippe géorgienne. On estime qu'elle pourrait contaminer 99% de la population.

 

DEUX SEMAINES PLUS TARD

La civilisation s'est effondrée.

 

VINGT ANS APRÈS

Une troupe présente des concerts et des pièces de théâtre aux communautés regroupées dans des campements de fortune. La vie semble de nouveau possible. Mais l'obscurantimes guette, menaçant les rêves et les espérances des survivants.

 

Roman phénomène publié dans une vingtaine de pays, Station Eleven illustre brillamment que l'art, l'amitié, la résilience et ce qui nous unit permettent de tout traverser. même une fin du monde.

 

 

 

MON AVIS

Je ne cesse d'entendre parler de ce fameux Station Eleven depuis plusieurs mois. Gagnant de plusieurs prix  et coup de coeur de plusieurs libraires et blogueurs. Comme j'aime beaucoup ce genre de roman, ça n'a pas pris beaucoup de temps avant qu'il soit ajouté à ma wish list. Il est aussi sorti de celle-ci en très peu de temps, grâce au club de lecture Page par page (plus d'infos ici), auquel j'ai décidé de participer en 2017, qui en on fait leur sélection de mars.

 

Au fil des pages, nous suivons donc plusieurs personnages, qui auront tous un lien proche ou tenu, avec l'un des personnages, Arthur Leander. Nous les voyons évoluer avant, pendant et après l'éclosion de la grippe géorgienne qui finira par éliminer 99% de la population en très peu de temps. Nous finissons aussi par comprendre quel lien les unit tous. J'ai beaucoup apprécié lire les histoires des différents protagonistes et découvrir aussi, quel lien les unissaient les uns aux autres. J'avoue cependant avoir eu beaucoup de difficultés à apprécier complètement tous ces personnages, à m'attacher à eux. À l'exception, peut-être, de Jeevan et Clark.

 

L'histoire est magnifiquement bien tissée, écrit de façon extrêmement réaliste et quelques rebondissements nous guettent à plusieurs moments durant le récit. Dès les premières lignes, j'ai été happé par l'histoire. Même si le rythme baisse parfois un peu, je ne peux pas dire que j'ai ressenti des longueurs. L'auteur jongle entre les protagonistes et les époques d'une manière judicieuse, ce qui empêche l'histoire de devenir redondante. Ceci dit, j'ai trouvé l'écriture parfois un peu froide, sans émotions. Par contre, avec le recul, je me dis que c'est l'écriture parfaite pour un roman post-apocalyptique où les émotions n'ont par nécessairement leur place et où l'important, c'est la survie, coûte que coûte.


Ce genre de roman me fait toujours froid dans le dos, car, bien franchement, qui n'a jamais pensé, en lisant ce genre d'histoire, quelle serait notre réaction si ces événements venaient à se produire réellement ? Serais-je parmi les survivants ? Qu'est-ce que je ferais si, justement, je survivais dans ce monde apocalyptique ? Cet aspect me rend toujours un peu malheureuse, car personnellement, comme je dépends entièrement de l'insuline, je ne figurai certainement pas parmi les survivants...

 

J'ai terminé ce bouquin il y a peu et malgré tous les bons côtés, je n'arrive même pas à dire réellement ce que j'en ai pensé. Il est manifeste que ce fut une bonne lecture, mais je pense qu'elle ne m'aura pas marqué autant que la majorité des lecteurs.

 

| alto• 425 pages • Science-fiction |

V.f. de ''Station Eleven''

Share on Facebook
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now